MODULE 11 : Soins de plaies dans les pays tropicaux et équatoriaux

MODULE
lundi 23 mai 2022 - 16h45 - 17h45 - Salle 243 - Niveau 2

Dans nos pays, mais aussi dans les pays tropicaux où les ressources sont souvent réduites, il devient de plus en plus clair que le nombre de plaies chroniques ainsi que leurs différents impacts sont sous-évalués.

Outre le fardeau physique, elles ont, dans ces pays, un impact socio-économique important pour les patients. S’y ajoute, mal prise en compte, la dépression et l’altération de la qualité de vie qui font partie du quotidien de ces personnes.

Parmi les étiologies les plus fréquentes dans ces milieux on note les causes infectieuses classiques et exotiques, les traumatismes, les morsures de serpents mais aussi des causes qui nous sont plus proches telles les ulcères veineux, artériels ou diabétiques. Même si très peu de données sur ces affections au niveau national et au niveau des districts sont actuellement disponibles, force est de constater que pour plusieurs raisons, ces causes sont en augmentation.

Les coûts liés aux soins, les croyances et perceptions, les difficultés d’accès aux formations sanitaires influencent significativement l’itinéraire thérapeutique des patients en milieu rural. Ceux-ci auront souvent recours au tradipraticiens en premier lieu. Ceci repousse la prise en charge dans un milieu de soins classique. Ce recours tardif des malades les amènent avec des stades de lésions avancés, nécessitant des interventions parfois majeures et une mauvaise adhésion aux traitements proposés.

Il semble alors important de promouvoir une médecine intégrative en associant tous les acteurs communautaires notamment les tradipraticiens, les relais de santé communautaires et les leaders communautaires afin d’assurer la détection et la prise en charge précoce des malades d’une part.

D’autre part, l’accent sur la formation des soignants sur les soins modernes de plaies doit être poursuivi dans les formations sanitaires afin d’améliorer les pratiques de prise en charge et raccourcir les délais de séjour et/ou de traitement des patients.

Des notions de bases simples, avec un matériel minimum, suffisent souvent à améliorer de façon spectaculaire l’évolution des plaies.

Dans notre expérience, le partage du savoir a largement participé à l’amélioration de la qualité des soins.

Basé sur 6 principes fondamentaux qui reprennent les connaissances actuelles en matière de soins de plaies, ce savoir permet une approche très holistique du patient et de sa plaie.

Pour bien soigner une plaie, il est important de :

1) Evaluer et corriger :

    - L’atteinte de base ayant provoqué la lésion. - L’état général du patient en prenant en comptes les troubles diagnostics pouvant interférer avec  la cicatrisation tels que : douleur, dénutrition, insuffisance cardiaque, diabète, infection etc…

2) Garder la plaie dans un environnement humide :

      - Afin de permettre au processus biologique de cicatrisation de se dérouler de façon optimale.

3) Protéger la plaie de toute atteinte traumatique :

      - Chocs mécaniques directs mais aussi refroidissement au changement de pansement et cytotoxicité  liée à un excès de désinfection.

4) Promouvoir un lit de plaie propre :

      - Afin de limiter le risque infectieux mais aussi en réduisant les facteurs inflammatoires.

5) Contrôler le lymphœdème péri lésionnel :

      - De très nombreuses plaies provoquent un lymphœdème qui à la fois ralenti la vascularisation mais   aussi concentre des facteurs inflammatoires, des enzymes protéolytiques pouvant avoir un effet   négatif sur la cicatrisation. Autant la compression est devenue une évidence dans les ulcères  veineux, autant n’est-elle, à tort, que rarement considérée dans le traitement d’autres plaies.

6) Prévenir ou corriger toute incapacité :

- Les plaies de taille importantes ou « mal » placées peuvent entrainer des rétractions bloquant les  articulations. Ce phénomène, bien connu dans les brûlures et la prévention qui en  découle, sont  généralement ignorés dans d’autres lésions et résultent en des incapacités souvent  majeures.

En conclusion: la promotion par l’enseignement de méthodes de soins de plaies modernes adaptées aux contextes à ressources réduites et la création de ponts entre médecine moderne et traditionnelle, semblent être des pistes de valeurs dans la prise en charges des plaies dans les milieux dits « à ressources réduites ».

Orateur : Marie-Thérèse Ngo Nsoga, Hubert Vuagnat