PLÉNIÈRE 1 : Quoi de neuf ?

PLÉNIÈRE
mardi 24 mai 2022 - 17h30 - 18h30 - Amphithéâtre Bleu - Niveau 2
Modérateur-animateur : Luc Téot, René Dondelinger
Orateur : Luc Téot, Christine Faure, Sylvie Meaume, Anne Dompmartin
Quoi de neuf dans les pansements et traitement local des plaies ?
Christine Faure (Montpellier)

La prise en charge de toute plaie, qu’elle soit aiguë ou chronique, simple ou complexe, fait appel dans la plupart des cas à un traitement local, et notamment à l’application d’un pansement. La connaissance approfondie de la cicatrisation permet un soin de plus en plus adapté et dynamise l’industrie du pansement. Cette émulation se retrouve tant en termes de recherche et développement que dans la mise sur le marché de nouveaux produits. Toutefois, la véritable « innovation » se fait rare et il s’agit le plus souvent d’évolutions incrémentales.

Nous passerons en revue au cours de cette session les améliorations techniques apportées aux pansements modernes actuels qui répondent à différents objectifs tels qu’une augmentation des performances pour le drainage et l’absorption mais aussi une simplification des soins, un plus grand confort pour le patient … et le soignant.

Nous évoquerons les changements réglementaires en termes de remboursement survenus en 2020 et 2021. Ils concernent les pansements inscrits sur la LPP en description générique mais aussi ceux sous nom de marque.  

Nous présenterons une revue de la littérature des différentes publications consacrées au pansement en distinguant les revues Cochrane, des recommandations et des essais cliniques randomisés publiés au cours de ces deux dernières années.

A l’ère de l’e-santé, les applications Smartphone, gratuites ou payantes, conçues par des associations à but non lucratif, par des industriels ou par l’Assurance Maladie sont considérées comme les nouveaux outils d’aide au choix optimisé du professionnel de santé vers tel ou tel pansement. Il est fort probable que le pansement de demain sera lui aussi connecté. Mais, alors que les idées dans le domaine des plaies chroniques foisonnent, il reste des étapes à franchir pour disposer d’un pansement efficace cliniquement et abordable dans un système économique de santé restreint. 

Quoi de neuf dans les technologies ?
Sylvie Meaume (Paris)

Nous effectuerons une sélection, non exhaustive, d’innovations technologiques (dispositifs médicaux, produits pharmaceutiques, biothérapies, médicaments, suppléments alimentaires, stratégies…) en rapport avec la prise en charge des plaies.

Dans la littérature médicale la plus récente (2021-2022) :  des travaux de recherche, des articles originaux, des études cliniques, des revues générale ou méta-analyses actualisant le niveau des connaissances et la diffusion des différentes technologies au service des patients porteurs de plaie seront sélectionnés. Dans les rapports d’industriels, à travers des cas cliniques réalisés dans le cadre d’études observationnelles nous découvrirons des produits innovants qui seront peut-être le traitement de demain de toute ou partie des plaies.

Le niveau de preuve n’est pas toujours celui que nous attendons, et tout n’est pas encore codifié de façon très scientifique tant la diversité des technologies et celle des plaies est grande et tant souvent elle échappe, en tout cas au début, à la méthodologie rigoureuse que les Autorités de Santé espèrent voir se développer dans ce domaine.

Quoi de neuf dans la télémédecine ?
Anne Dompmartin (Paris)

Les plaies chroniques ont été une des premières cibles de l’utilisation de la télémédecine il y 10 ans.  Cela permettait un accès aux soins chez des patients âgés, isolés et les soignants pouvaient aussi demander des conseils thérapeutiques. Le développement des tablettes puis les smartphones ont permis de réaliser des téléconsultations en utilisant l’outil de visioconférence. La COVID 19 a obligé l’ensemble des professionnels à se familiariser avec les outils et des évaluations médico-économiques ont été publiées.

 

Qu’en est il en 2022 ?, La télémédecine est entrée en droit commun avec une reconnaissance du travail des requérants et des requis  et une revalorisation des actes de télémédecine. La téléexpertise a été élargie à tous les professionnels de santé. Le paiement des actes a été revalorisé à 20€ pour les requis et 10€ pour les requérants avec création d’un code acte et disparition du versement annuel. A été introduit en 2021 le télésoin permettant de mettre un patient en lien avec un pharmacien ou un auxiliaire médical (IDE, audioprothésistes, ergothérapeute, diététiciens etc …  )

 

La télémédecine améliore t elle la cicatrisation ? Aucune étude ne le démontre formellement mais elle permet un accès au professionnel de santé plus rapide permettant ainsi d’éviter et/ou anticiper des complications. Les nouvelles technologies sont des outils qui doivent s’intégrer dans un parcours patient avec des professionnels proches, prêts à les voir en présentiel pour faire une évaluation globale. Ces réseaux entre professionnels de santé nécessitent une coordination efficace : prise des RV téléconsultation, alerte et dépistage de complications, avis médicaux pour aider les professionnels en difficulté.

 

La télémédecine dans les plaies chroniques peut elle évoluer en sus des réseaux régionaux qui se sont développés depuis plusieurs années ? La pénurie de médecins nous oblige à trouver des solutions pour effectuer des soins à distance en aidant les professionnels au domicile. C’est la téléassistance qui permet à des infirmières de réaliser des actes, (par exemple des détersions) au lit du malade sans le déplacer.  Le modèle des plaies chroniques se développe en oncologie avec l’apparition de réseaux avec des infirmières coordinatrices, des IPA permettant de dépister précocément les complications systémiques des immunothérapies et thérapies ciblées. 

Quoi de neuf sur les substituts cutanés ?
Luc Téot (Montpellier)